La plupart des Canadiens n’ont pas trop à craindre de l’impact sur le marché immobilier de la hausse des taux d’intérêt et même d’une éventuelle récession, assure le grand patron de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Evan Siddall.

Suivez ce lien pour lire l'article

Par WebMaster de Claire Savard