Avec la hausse des taux d’intérêt et le resserrement des règles hypothécaires, il est plus difficile de contracter une hypothèque depuis janvier 2018. Soutenu par l’emploi, le marché immobilier résidentiel québécois se porte pourtant à merveille au moment où s’amorce le dernier trimestre de l’année.

Cliquez ce lien pour ouvrir l’article parue sur LaPresse +

Par WebMaster de Claire Savard